30 janvier 2006

Public service anouncement

Si vous êtes habitué(e) à faire le tour des blogs depuis 2 ans, vous avez forcément déjà téléchargé au moins par curiosité un mp3 de Lady Sovereign, la Melanie C du grime au flow nasillard tout de Adidas Classic vêtue, signée par Jay Z etc.
Dans plus très longtemps, vous pourrez même acheter son album pour de vrai, sans passer par la case import comme pour ses singles (dans l'ordre "Chi-ching", "Random", "9 to 5" et "Hoodie" tous plus ou moins certifiés b.a.n.a.n.e).
Ce nouvel extrait toutes guitares dehors confirme l'orientation pop de la demoiselle qui attriste les puristes du genre mais devrait lui permettre de toucher un large public de branchés indie ou electro.

Lady Sovereign "Public Warning"

This new single from the urban Sporty Spice is as usual addictive and confirms she's not gonna aim the specific grime audience.
With her debut album will the audioblog superstar be huge or remain an underground phenomenon ?
Time will tell but for the moment, each track of hers is a potential hit like this one combining electro beats, rapid flow and holy shhh...guitars !

29 janvier 2006

Who says a rock band can't play funk ?

The National Trust sont signés chez les défricheurs de Thrill Jockey mais se démarquent nettement de la plupart des (généralement bons) groupes du label par une musique plus hédoniste qu'introspective.
Leur dernier disque est un concentré de funk blanc peut être un peu trop sage pour ne pas lasser sur la longueur mais agréable pour se trémousser.
Le titre choisi est le plus enlevé de la dizaine de morceaux qui composent "Kings and queens", bizarrement placé en dernier alors qu'il en constitue une parfaite introduction, pas très loin du dernier garage à beats des Radio 4.

The National Trust "Shapes and sizes"

The National Trust don't sound like many of the indie bands signed by Thrill Jockey, their songs are danceable and smooth, the one picked for today, bizarrely placed at end of the new record, is the most bouncy track with beats and funky riffs close to the likes of Radio 4.

No controles

Il y a des artistes dont tout le monde parle qui ne vous font ni chaud ni froid et puis il y a ceux, moins pris au sérieux, qui vous font passer de très bons moments, les bien nommés Los Super Elegantes fait partie de ces groupes là, sorti de nulle part mais qui grâce aux audioblogs va peut être exploser.
Découvert d’abord avec une reprise d’ESG sur Fluxblog, puis un autre de Jeanette (magnifique ‘Porque te vas’ joyeusement massacré) chez Gorilla Vs Bear, je me suis précipité sur leur site pour en savoir un peu plus et j’apprend qu’ils ont sorti en 2002 et dans l’anonymat général un très bon "Channelizing paradise" où se télescopent funk, électro, rock chanté en plusieurs langues (dont un cocasse ‘Je suis bien’ en Français) avec des groovebox un peu cheap et des ingrédients typiquement latino comme des trompettes mariachi. Leur prochain disque sera bourré de tubes ou ne sera pas.
En regardant leur liste d’amis sur myspace, on se souvient des Mexicains avec un album boosté par ce big beat paillard qui sample avec bonheur un vieux titre de Carol King.

Los Super Elegantes "Sixteen"

Titan "Corazon"

Los Super Elegantes is the kind of non serious hype I enjoy rather than some indie bands floating all ove the blogosphere.
Their 2002 album is a refreshing mix of electro, rock and funk with latino ingredients like Mariachi horns, features a great cover of Jeanette’s “Porque te vas” and groovy tunes in several languages.
Their Myspace friends list reminds me how I liked Titan back in 2000 with their big beat sampling Carol King.

27 janvier 2006

Ma Benz

Les Five Deez reviennent ces jours ci avec "Kommunicator", un bon petit album sur le label Rapster, division hip hop de !K7 qui abrite également Princess Superstar.
Ce groupe originaire de Cincinatti mais installé en Allemagne n'a jamais rien sorti d'essentiel mais sort dans son coin des disques bien fichus, un peu hors mode mais pas trop passeiste, à mi chemin entre un style old school (avec un flow très daisy age) des sonorités electro soul voire booty comme sur leur semi tube "Funky" de 2003.
Cette nouvelle galette ne révolutionne pas le genre, loin de là mais recèle de morceaux à la production plus complexe qu'il n'y parait au prime abord et aux rimes espiègles comme ce "BMW" qui ne parle pas de grosses voitures mais des fantasmes de l'homme Noir autrement dit "Black men wishes".

Five Deez "BMW"

The forthcoming album from Cincinatti's Five Deez, now based in Germany due to be released through Rapster Records won't revolutionate the hip hop game but it's a cool record with a modern and full of electro beats production, old school flows and clever-but-not-boring lyrics like this track turning the famous car trademark initials into "black man wishes".

Bubble pop electric

Même si on ne s’intéresse que de loin à la musique électronique, difficile de ne pas aimer la Berlinoise Ellen Allien pour ses dj sets inventifs et son label B-Pitch Control qui nous enthousiasme de sorties en sorties, le dernier choc en date étant le Modeselektor qui est à mon goût un des tous meilleurs albums paru en 2005.
J’avais eu un peu du mal avec le glacial "Thrills" de la demoiselle, mais je replonge volontiers dans son univers avec ce nouveau disque produit avec Apparat, plein de bonnes idées, de climats inquiets et de textures travaillées, avec ce petit plus d’humanité qui manque parfois à ce que les étiqueteurs appellent dance music intelligente.
Majoritairement instrumental, ce "Army of bubbles" comporte également des morceaux chantés qui sonnent déjà comme des petits tubes underground.

Ellen Allien & Apparat “Way out” (removed)

Ellen Allien & Apparat “Leave me alone” (removed)


Though I didn’t get her latest and cold “Thrills” I admire Ellen Allien for her stunning dj sets and the B Pitch Control label that she’s running brillantly (if not yet, you HAVE to listen to Modeselekor boys and girls).
These tracks are taken from a forthcoming good record produced with Apparat and it features a lot of instrumental spooky IDM pieces and some sweet vocal tunes too.

26 janvier 2006

Make it hot

Eté 1999 que de bons souvenirs mais je n'arrivais pas à danser et pour cause, les grands tubes electro étaient signés Mr Oizo ("Flat beat") et Aphex Twin ("Windowlicker").
Sur mon podium de l'époque trainait "The Jag", single le plus accessible à ce jour des furieux Micronauts, duo Français qui s'est depuis d'avantage illustré en club que sur disque, malgré quelques maxis confidentiels.
C'est fort dommage car ce titre était des plus prometteurs, une virée pychédélique où bleeps et samples disco s'adonnent à des ébats ultra érotiques, un irrésistible chassé croisé lascif que je vous propose de (re)découvrir
Et dans sa version intégrale de 11 minutes s'il vous plait, car en musique comme en languissements, plus c'est long, plus c'est bon.

The Micronauts "The Jag"

This electro track released in summer 1999 was produced by a French duo who making crowds sweat in clubs more often than producing proper albums.
Too bad because this 11 minutes long tune, combining bleeps and disco samples was full of dirty, sexy, breakthrough promises.

22 janvier 2006

Something inside of me

Holden et Mister Blog c'est un coup de foudre qui date de 2002 et "Une fraction de seconde", extrait du sous estimé "Pedrolira", un titre faussement rétro dont les paroles me poursuivent depuis.
Ils avaient débuté avec le tout aussi ignoré "L'arrière monde" en 1998 qui contenait le semi tube "La machine".
Les deux lp's seront réedités et une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, le groupe formé par le guitariste Mocke et la chanteuse Armelle Pioline (qu'on a entendu entre temps chez Icalma et Prudence) revient fin Fevrier avec "Chevrotine", nouveau disque enregistre au Chili qui conserve l'option esthètique entamée avec le précédent avec une production vaporeuse signée Atom Heart alias Senor Coconut et des mélodies parfaites entre jazz, folk et pop.
Holden ce sont des musiciens férus d'Americana au service d'une voix précieuse et pleine de nuances, sussurant des textes qui vous touchent plus ou moins directement, bref des gens pas très hype mais très bien. Si si.

Holden "Quelque chose en moi"

Holden "Madrid"

Two songs from a French band I like a lot, Holden releases in few weeks their third album "Chevrotine" recorded in Chile and produced by Atom Heart (aka Senor Coconut).
Classy tunes between jazz, folk and pop with a very nice voice and deep lyrics, if you know and enjoy Françoiz Breut and Autour de Lucie works, have a listen to Holden albums, the new one and the previous to be reissued in February.

16 janvier 2006

Professional distortion

Pas vraiment le temps de poster cette semaine, je reviens dès que possible, promis.
Si vous êtes ou que vous connaissez des gens dans le sale sud, vous savez ce qu'il vous reste à faire ce week end.

Ying Yang Twins "Ghetto classics"

I'll be back next week, a short absence due to a lot of work and my own party to prepare, promote etc.
Peace y'all.

15 janvier 2006

What difference does it make

Triple actualité pour la bande à Stuart Murdoch.
Un nouvel album poppy, "The life pursuit" déjà largement commenté sur la blogosphère (je ne sais pas trop quoi en penser à vrai dire), une compilation dans la série "Late Night Tales" avec quelques unes de leurs influences et puis ce live disponible uniquement sur I-Tunes qui nous intéresse aujourd'hui.
Il y a quelques semaines Belle and Sebastian a rejoué fidèlement et dans l'ordre son fameux "If you're feeling sinister" de 1997 devant une assistance de happy few, et ce pour une oeuvre caritative au profit des victimes du séisme au Pakistan.
Si le line up a changé depuis la sortie de l'album, les chansons résistent encore et toujours à l'épreuve du temps et, progrès des musiciens aidant, sont parfois meilleures comme sur cet extrait enjoué.

Belle & Sebastian "Me and the major" (Live at the Barbican)

Alongside their new album 'The life pursuit' and a compilation for the Late Night Tales series, Belle and Sebastian release a charity record (All proceeds from the sale of the album will go to the DEC's Asia Quake Appeal) , a live version of their 1997 classic "If you're feeling sinister", all songs accurately played in front of happy few fans.

13 janvier 2006

World of echo

Quand il ne gaspillent pas leur temps et leur talent avec de médiocres faussaires (Mathieu Chedid, Troublemakers ce genre), Cyril Atef et Vincent Segal forment un chouette duo, Bumcello.
Ils sortent des disques généralement sympathiques qui recèlent parfois de perles comme le magnifique "Beautiful you" avec un Blackalicious en 2002.
Il n'est pas trop tard pour découvrir leur sensuel "Animal sophistiqué" paru l'automne dernier mais semble t'il un peu éclipsé, et toujours recommandé de les découvrir live où leur groove organique (un violoncelle et des percus, saupoudrés de samples discrets) et hypnotique prend toute sa saveur, quelque part entre Arthur Russell et les Talking Heads.
Ca tombe bien, leur tournée française commence ces jours ci, en attendant voici un morceau assez représentatifs de leurs sets largement improvisés.

Bumcello "Let it shine"

This track is taken from the latest Bumcello album already available.
These two musicians doing an hypnotic and organic groove somewhere between Arthur Russell and Talking Heads with most only percussions and...cello.
They have played behind many artists including Blackalicious, and they are especially great live, if you have the opporunity to catch them, don't hesitate.

11 janvier 2006

Johnny come home

Rassurez vous je ne vais pas évoquer ici la naturalisation Belge du rockeur que personne ne nous envie mais un excellent groupe Britannique produit par un Manic Street Preachers qui sort on premier album très bientôt.
Leur single "You are the generation that bought more shoes and you get wat you deserve" , hymne anti consumériste de 2004 était aussi beau que son titre est long, le reste est presque à la hauteur, une collection de pop songs enthousiastes voire emphatiques avec moult samples et des vocaux qui rappelent un peu le parti pris 60's Concretes quand ce ne sont pas des guitares shogazing qui happent l'auditeur. A découvrir.

Johnny Boy "Fifteen minutes"

Here's a song from the first Johnny Boy album due to be released this spring.
Not as perfect as their acclaimed single "You are the generation..." it's a good collection of catchy pop songs, with 60's vocal style, shogazing guitars and a bunch of samples.

10 janvier 2006

Rock El Casbah

C’est l’Aïd El Kebir aujourd’hui, je souhaite donc une bonne fête à tous les Musulmans qui lisent cette page et vous propose une chanson un peu différente de mes sélections habituelles, mais qui comme pas mal d’autres postées ici est rattachée à des souvenirs bien précis.
Arrivée à mes oreilles bien plus tard,
« N’sel Fik » (Tu m’appartiens) fut un énorme tube au début des années 80, le premier morceau de raï moderne à traverser les frontières du monde Arabe, il fut même distribué en Angleterre par le label Factory (oui oui le label de New Order), et l’illustre Bill Laswell produisit dans la foulée un album pour le couple aujourd’hui séparé.
Un long titre limite dub interprété, que dis-je, habité d’une ferveur peu commune par deux voix rauques, sur fond de nappes de synthés affolés (le final notamment) qui en font un des musts du genre.

Fadela & Sahraoui « N'Sel Fik »

I wish to all the Muslim readers a very good « Aïd El Kebir », and gives to all of you one of my favorite Arabic songs, performed by a couple produced by Bill Laswell in the early eighties.
“N’sel Fik” (You are mine) was a huge success, probably the fist modern Raï tracks to be released in Europe thanks to Factory Records.

It’s a kind of dubby lament sung by two raucous voices backed by incredible synths, very representative of this music style before the crossover hits from the decade after.

09 janvier 2006

Still tippin'

Remarquée chez 4 Hero ou The Roots, Ursula Rucker sort en Fevrier son 3ème album, "Ma'At Mama" et il est plutôt pas mal.
La où les précédents partaient un peu dans tous les sens, celui ci est plus homogène sans être trop linéaire, on y entend du jazz et de la soul, même un peu d'électro mais rien d'envahissant ce qui permet d'apprécier ses textes revendicatifs et poètiques.
Pas très glamour et un peu austère sur la longueur comme peuvent l'être ceux d'autres artistes du même acabit, ce disque parfois apaisé mais souvent révolté mérite néanmoins une écoute approfondie.

Ursula Rucker "I ain't yo punk ass bitch"

Here's a song from the latest Ursula Rucker album due to February.
Less eclectic than the previous one but still complex and full of jazz and soul, the new effort from this spoken word artist is worth listening for its production, her voice and her claiming lyrics.

08 janvier 2006

Who's that girl

Elle n’a encore rien sorti d’officiel ou presque mais depuis que quelques bons audioblogs (ici, et aussi ) me l’ont fait découvrir, impossible de se passer de la jeune Uffie.
Deux titres totalement additifs qui agissent comme des drogues : douce pour « Pop the glock », plus dure pour « 1984 » qui devrait finalement s'appeler "Ready to Uff".
La première est une petite merveille d’electronica qui n’est pas sans rappeler les titres mélancoliques d’Ellen Allien, pas étonnant puisque produit par son copain Feadz du label B-Pitch Control.
Le deuxième morceau est un tube en puissance que j’ai hâte de tester en soirée, un genre de rap robotique avec un refrain Misskittinien bientôt sur toutes les lèvres et une production renversante de Mr Oizo.
Je ne me souviens pas avoir autant écouté d’artiste issue de nulle part depuis début 2004 et l’irruption de M.I.A., il est évidement trop tôt pour dire si le phénomène tiendra la longueur mais pour l’heure le coup de cœur est total.

Uffie "Pop the glock"

Uffie "1984"


I’m totally addicted to Uffie, and I think I won’t be alone this year according to these two very exciting track.
“Pop the glock”, produced by her boyfriend Feadz (from B Pitch Control label) is a strange electronica ballad reminding me of Ellen Allien quiet stuff.
Mr Oizo’s astounding work for “1984” is a kick ass song in where she raps a killer punchline.
Are you ready to Uff ?

05 janvier 2006

It's oh so quiet

Deux reprises à écouter au réveil avant une journée de merde ou pour se relaxer après une journée de merde, c'est vous qui voyez.
Maxence Cyrin a sorti sur F Com un joli album de relectures piano de classiques de la musique électronique, des versions pas toujours reconnaissables mais mélodiquement fidèles.
En entendant son putassier "Don't you want me" ainsi transformé, Felix da Housecat a probablement du se dire "Chat m'en bouche un coin".
Le deuxième titre est extrait de la sixième compilation Pop Ambiant du toujours parfait label Kompakt, une belle variation de l'intouchable ritournelle de Satie.

Maxence Cyrin "Don't you want me"

Klimek "Gymnopedie #1"

These two tracks are covers to chill out either before or after a shitty nine to five day.
Maxence Cyrin has released an album through F Com with piano versions of electronic hits such as Felix Da Housecat "Don't you want me", same melody without beats.
Klimek does a slight beautiful variation of Satie's classic, taken from the latest Kompakt 'Pop Ambiant' compilation.

03 janvier 2006

Appropriation (by any other band)

J'étais partant pour vous faire un post super méga enthousiaste sur les Long Blondes, ce groupe de nenettes produit par ce gourou de Paul Epworth mais je crains que comme les Arctic Monkeys, on en bouffe à tort et à raison jusqu'à écoeurement.
On va plutôt écouter un des groupes qu'elles plagient avec autant de roublardise que de panache, les Au Pairs mesdames messieurs.
Peut être qu'à l'instar de Gang Of Four elles se reformeront pour réclamer leur du quand d'autres groupes dilapideront l'héritage de leur fauché mais fascinant "Play with a different sex", sorti en 1981.

Au Pairs "It's obvious"

Au Pairs "Inconvenience"

I was about to post about The Long Blondes, that indie girl band dressed to success and produced by Paul Epworth, cos I really enjoyed their early singles.
But then I prefered listening again to one of the post punk icons that inspired them, and here's two songs taken from their 1981 masterpiece "Play with a different sex".

01 janvier 2006

96 tears

Bon vous l’aurez constaté, point de bilan 2005 sur ce petit blog, à part « Arular » je n’ai pas écouté beaucoup d’albums très longtemps, ma liste de singles se rapprochant de celles de Stylus et Pitchfork, et que dans la famille Stevens je prends plutôt Rachel que Sufjan, pas la peine d’en rajouter.
L’année nouvelle me fait penser qu’il y a pile dix ans que j’ai commencé à m’intéresser à la musique, attendre fébrilement la bourse de lycéen pour acheter un ou deux albums, faire du cratedigging dans les médiathèques des quatre coins de Marseille, veiller tard pour mater « Boulevard des clips », « Alternative nation » et « Yo ! », quand je ne faisais pas semblant de dormir en écoutant au walkman les Nocturnes de Lionel Richebourg (tellement mieux que Lenoir).
Le fameux cap où le simple hobby devient une passion à part entière, où vous allez chercher le bon son avant qu’on ne vous l’impose, c’était donc en 1996 en ce qui me concerne et à l'époque j’étais loin de m’imaginer qu’un jour j’écouterai des trucs dansants, et encore moins faire le dj.
Et qu’avec un ordinateur, ces trucs de riches plus compliqués que ma Super Nintendo, je retrouverai en quelques minutes quelques uns des morceaux que j’aimais à l’époque, et que j’en ferai part à des correspondants invisibles aux quatre coins du globe.
Trêve de réflexions de vieux con, place à un aperçu de ce qu’était la bande son de mon année de terminale.
Et à tous et à toutes mes meilleurs vœux pour 2006.

Manic Street Preachers “Kevin Carter”

The Cardigans “Been it”

Eels “Your lucky day in hell”

Suzanne Vega “Headshots”

Babyfox “Ladybird”

Me’Shell Ndegeocello “Leviticus : faggot”

Nas “The message”

A Tribe Called Quest “1nce again”

Tricky “Tricky kid”

Everything But The Girl “Wrong”


My best wishes for 2006 to all of you.
Instead of a year end list (mine isn’t very different from others blogs or webzines, though I loved much ‘Arular’ than ‘Illnoise’), let’s go back to 1996, the year I really began to be obsessed with music, watching late videos broadcast, borrowing a lot of records in municipal media libraries, waiting for the monthly student purse to buy some cd's, and doing mixtapes that would sound like this selection above.