20 mai 2006

Meet her at the love parade

Ce soir c’est l’Eurovision, un bide d'audience récurrent chez nous mais qui dans d’autres pays reste un évènement avec ses slows dégoulinants et ses chorégraphies improbables, un summum du kitch qui révèle encore parfois des surprises comme cet étrange groupe de hard rock Finlandais ou cette simili-Shakira Ukrainienne qui ont fait sensation lors de la demi finale.
Deux déceptions tout de même, l’hilarante "Cocodance" de Séverine Ferrer pour Monaco n’a pas convaincu les votants et plus embêtant, la majorité des chansons sont en anglais, ce qui rend la compétition beaucoup moins exotique qu’il y a quelques années.
Bref, tout cela m’amène à parler d’un pays voisin que je connais peu mais auquel je suis attaché, et dont la musique est largement ignorée en dehors de ses frontières.
D’Allemagne on connaît bien sûr la grandiloquence de Rammstein, le génie de Kraftwerk ou les provocations de Nina Hagen.
Les labels électro ont également la cote, de B-Pitch Control à Kompakt en passant par Morr Music, c’est super mais bon vous connaissez probablement.
Nena a eu un succès international dans les 80’s avec "99 luftballons", depuis elle a été réhabilitée par des dj’s en vogue.
On perçoit son influence chez la chanteuse du groupe disco punk Mia., à la coiffure et l’énergie redoutables.
Toujours dans le registre rock, Wir Sind Helden et Tocotronic ont signé quelques brûlots anti consuméristes avant de s’assagir et infiltrer les charts.
Zweiraumwohnung ont un nom cool ("appartement deux pièces"), une chanteuse plus agée que ses consoeurs et des tubes taillés pour les tanzefloors, à enchaîner par exemple avec l’électro disco de la mutine Paula.
Les Fantastischen Vier quand à eux sont des vétérans du hip hop germanophone, aux samples un peu variétoche mais assez frais à leurs débuts dans les 90’s.
La discographie de Carmen fut assez obscure jusqu’à que le label Gomma ne déniche un de leurs titres sur une de leurs compilations "Teutonik disaster".
Trois perles pour finir : le générique original du seul dessin animé Allemand à avoir marché ici, par le Johnny local Karel Gott, et deux stars Britanniques qui s’étaient essayé à la langue d'Angela Merkel pour des versions de leurs tubes qui valent leur pesant de Knacki.

Nena "Nür getraümt"

Mia "Alles neu"

Wir Sind Helden "Guten tag"

Tocotronic "Die Welt kann mich nicht mehr verstehen"

Zweiraumwohnung "Ich und Elaine"

Paula "Als es passierte"

Die Fantastischen Vier "Sie ist weg"

Carmen "Schlaraffenland"

Karel Gott "Die Biene Maya"

Dusty Springfield "Auf Dich Nur Wart Ich Immerzu"

The Beatles "Sie liebt Dich"


I wish Eurovision contestants would sing in their own language, competition would be much funnier.
Here’s a selection of pop tunes sung in German, some are famous, some less known, some are quite recent, some not.
There’s some disco punk, hip hop, rock, electro pop that I like a lot, plus a cartoon anthem and some adaptations from UK superstars aimed at local market, wünderbar isn’it ?

3 commentaires:

Sonic Eric a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
changaili a dit…

ah, moi je suis une fervente amatrice, je vais d'ailleurs ce soir du côté de la rue de Lodi pour rejoindre un jury trié sur le volet afin d'elire NOTRE gagnant de l'eurovision....Il est vrai qu'il est bien plus rigolo d'entendre les candidats dans leur langage natif, mais les temps ont changé... merci pour la compil teutonne, je n'en attendais pas moins de Mr Blog...

Anonyme a dit…

j'aurais préféré que chaque chanteur chante dans sa propre langue.