21 août 2005

All that glitters

Contrairement à ce que son titre pouvait laisser présager, « Supernature », le nouvel album de Goldfrapp ne contient pas de reprise de Cerrone, mais on en est parfois pas loin.
J’exagère, mais c’est souvent de dance music putassière dont il s’agit, avec des morceaux terriblement accrocheurs mais un peu borderline sur les bords.
Si le single « Ooh la la » creuse un peu plus le sillon glam du précédent tube « Strict machine », le reste de l’album oscille entre électro métronomique et disco Moroderienne, un peu comme si le duo s’était fixé en tête d’être le chaînon manquant entre la rigueur du label Kompakt et les friandises que concocte Richard X pour Rachel Stevens ou les Sugababes.
L’entêtant « Satin chic » est un des titres qui m’a séduit d’emblée, avec son piano cabaret et les variations que s’autorise sa voix qui rappellent que même si elle et son comparse semblent beaucoup s’amuser à brouiller les pistes, Alison reste une bonne chanteuse, et pas seulement une chanteuse bonne.


Goldfrapp "Satin chic"

"Supernature", the third album from Goldfrapp is a curious hybrid between electronica label Kompakt and average pop by the likes of Rachel Stevens, with influences from glam (on the single "Ooh la la") to disco.
It goes sometimes too far on the thin line between good and bad taste, but provides some irrestistible catchy tunes.
"Satin chic" is one of my favorite tracks, with its cabaret-like keyboards and Alison's gorgeous voice, proving she's not only good looking but a quite decent singer.

2 commentaires:

dadavidov a dit…

Pas très glamour, l'écoute sur rapidshare.de !!! hélas car le contenu est très intéressant.

MisterBlog a dit…

D'accord avec toi dadavidov, mais bon c'est question d'habitude et c'est pas pire que Yousendit je trouve :)
Je débute dans la blogosphère donc j'ai pas mieux pour l'instant mais ça va changer promis.