20 avril 2006

One of these days

Ce titre de l'Irlandais David Mc Williams (disparu en 2002) m'avait marqué plus jeune et passe de temps en temps sur Nostalgie, mais impossible d'en avoir les références, il a donc fallu que j'en fasse la description ("entre Eleanor Rigby et Intials B.B.") à mon paternel, qui ne s'interesse pas vraiment à la musique mais a connu les années 60, pour le retrouver.
Peut-être pas aussi magique que dans mes souvenirs mais quand même essentiel, ne serait-ce que pour les arrangements de cordes on ne peut plus classieux et l'usage d'un mégaphone sur le refrain.
Dans l'ombre de Donovan et Dylan ce songwriter n'a pas vraiment laissé une trace impérissable, mais son single a connu plusieurs vies, repris version garage, disco, cabaret et même en allemand. Si vous en connaissez d'autres n'hésitez pas.
Thanks to my father I found out at last who sang that 60's song similar in my souvenirs to Eleanor Rigby and Gainsbourg's Initials BB I liked when I was a child.
Sometimes airplayed on french goldies radios, I finally picked it out and discovered some interesting covers, from garage to cabaret through disco and german version.
If you have other ones in your collection, just let me know.

7 commentaires:

changaili a dit…

ah oui, moi aussi, çà m'avait marquée surtout le "oh, oh, oh" du type dans le micro/à la radio...tiens faudrait que je me penche sur les lyrics à part "the race's almost run" je ne m'en souviens pas...

changaili a dit…

ah oui c'est un mégaphone, n'ai pas lu jusqu'au bout, qué tonta!

Tigermilk a dit…

Cette chanson m'a aussi marqué, c'est fou, à l'écoute de la même radio. Et je trouve que la description que tu en fais ("entre Eleanor Rigby et Intials B.B.") est très juste. Bref, on est sur la même longueur d'ondes. Merci d'exhumer les trésors dont on ne connaît jamais la bonne orthographe...

Sonic Eric a dit…

Dans les lointaines années 80, un dénommé Kamille en avait donné une version tirant sur le reggae si ma mémoire ets bonne...

the man in blue a dit…

eh! oui, le temps passe, mais les chansons restent... et celle-ci est vraiment magnifique avec une ambiance particulière qui, comme une photo sépia, évoque pour moi le temps qui passe... à l'époque cette chanson était déjà inclassable(l'idée géniale, pour l"époque, de chanter dans un mégaphone lui confère cette notion que celui qui chante, chante d'outre tombe. j'aime beaucoup le leitmotiv aux violons qui est devenu comme la signature de cette chanson... pour la petite histoire, ces violons me rappellent ceux de "ce soir je serai la plus belle" de sylvie vartan et une certaine chanson des eurythmics des années 80, dont je ne me rappelle plus le nom. ah! mémoire.
le temps a démontré que david mc williams a été un "one-hit-wonder", comme des milliers d'autres("sympathy" de rare earth ou "rosie" de don partridge...). je sais que d.mc williams a fait un album à l'époque que je n'ai jamais entendu... mais je ne savais pas qu'il était mort en 2002. toutes ces chansons, aussi éphèmères soient-elles, sont devenues "the soundtracks of my life"... une vraie nourriture pour l'âme, du moins en ce qui me concerne... je crois que je vais aller écouter "river man. de nick drake". soyez-en sure, "the man in blue" reviendra le moment venu...

Clio a dit…

J'ai oublié de vous dire ... Pearly Spencer, c'est le nom d'un cheval de course ...

Peace and love a dit…

Bonsoir, merci pour ces nouvelles versions que je viens d'écouter d'ailleurs et de mettre sur mon blog : http://massalia.blogspace.fr
et j'ai trouvé celle de Frank Alamo, le titre : je connais cette chanson 1968.