13 avril 2006

Youth of the nation

On a pas mal parlé de Marseille aux infos la semaine dernière : procès des transferts frauduleux à l’om, caisses noires à la régie des transports, règlements de compte entre caïds, ça rigole pas.
Et la musique dans tout ça ? Eh bien une fois n’est pas coutume je vais évoquer un groupe de rock d’ici plutôt prometteur.
Dominée par le ska festif et le rap conscient en passant par le down tempo papier peint, la scène locale ne m’a que rarement intéressé, et coté guitares, seul le néo métal et le punk garage semblent émerger.
Vus et approuvés à plusieurs reprises en concert j’attendais avec curiosité le premier maxi de Nation All Dust, quatre jeunes gens que je croisais régulièrement aux rares soirées et concerts du même genre, et c’est une bonne surprise, un rock puissant mais pas bourrin influencé par le meilleur de la scène indé des années 90, de Sebadoh à My Bloody Valentine.
Outre ces deux titres vous pouvez en découvrir deux autres sur leur myspace, quant aux lectrices et lecteurs parisiens de Pardonmyfreedom, je vous encourage à aller les voir au Pop In le 16 et à La Generale le 18
, les bons soirs ils sont capables de grandes choses.

Nation All Dust “I should care”

Nation All Dust “Where it hurts”


Here’s an indie band formed in my town, Marseilles, better known for its reggae and hip hop scene.
Nation All Dust just completed their debut ep, and it’s as promising as the gigs I’ve seen, you can pick others in their myspace and in case you’re in Paris this week, try to go see them live where they are brilliant.

1 commentaire:

changaili a dit…

ah ben alors si c'est pour améliorer l'mage de notre belle ville...je prends...